Aller au contenu
68 tirs stoppés ou bloqués

«C'était un gros test pour nous ce soir» -Martin St-Louis

«C'était un gros test pour nous ce soir» -Martin St-Louis
/ Derek Leung/Getty Images
0:00
14:34

En additionnant les rondelles stoppées par le gardien Jake Allen et celles bloquées par les défenseurs où les attaquants des Canadiens, ce ne sont pas moins de 68 rondelles décochées par les joueurs des Flames qui n’ont pas touché la cible.

Après la rencontre, l’entraîneur Martin St-Louis était bien conscient du genre de sacrifices que ses hommes ont fait pour arracher la victoire sur la patinoire adverse.

« Calgary, c’est une équipe qui a beaucoup d’expérience et qui joue un jeu assez simple. C’est rare qu’ils se tirent dans le pied. Ils amènent de la pesanteur. C’était un gros test pour nous ce soir. »

« On savait qu’on devait aller là avec beaucoup de guts. Il va falloir que tu bloques des tirs. Et ils amènent beaucoup de volume. Et on a fait ça. »

Et pour ce qui est d’avoir ramené Jake Allen devant le filet après une performance très moyenne mardi soir?

« Jake, c’est notre numéro 1 et je suis confiant de ses habiletés. Pour moi, ce n’est même pas un débat. Je suis content du match que Jake a joué, mais je sais ce qu’il est capable de faire. »

Et le héros du match, lui, que pensait-il de cette rencontre?

« On a gagné le match. Ce n’a pas été très joli », a noté Allen, calme comme toujours.

« Ils ont une très bonne équipe de hockey. Il y a eu beaucoup de tirs bloqués par les gars qui se sont sacrifiés. Notre unité en désavantage numérique a été pas mal solide, globalement. De mon point de vue, c’est le genre de match où tu dois trouver des manières de gagner. »

Et gagner pour Sean Monahan, notamment.

« On voulait gagner pour lui. Pas de doute là-dessus, a poursuivi Allen. Il a été un membre important de cette organisation durant longtemps. »

Pour sa part, Monahan a admis qu’il avait les papillons dans l’estomac.

« Quand j’ai sauté sur la patinoire pour l’échauffement, j’étais nerveux pour un match comme ce n’est pas survenu depuis longtemps. J’ai joué toute ma carrière ici. Être assis sur l’autre banc, c’était étrange.

« Calgary, ça sera toujours un lieu spécial pour moi. J’aurai toujours du plaisir à venir jouer ici. »

Vous aimerez aussi

Plus avec Dany Dubé

Semaine de pause: qui gagne au change?
Le montage musical du match
Deuxième entracte: trop de temps de jeu pour Nick Suzuki?
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le retour de Courchesne
En ondes jusqu’à 18:00
En direct
75